5 ème journée

Posté par nemla le 9 août 2008

LA BATAILLE D’ALGER : présentation 

Introduction

CAP-soirée-problématique de l’oppression des peuples et résistance à l’oppression

Soirée-film-débat sur le film et la question du colonialisme et plus largement sur les formes de domination et les combats pour l’émancipation

Choix de ce film en raison du caractère paroxystique de la bataille d’Alger et du conflit algérien en général : stratégie d’écrasement du peuple algérien et radicalité de la résistance algérienne

Choix de ce film s’explique aussi par les résonnances du conflit algérien dans le monde :

  • Algérie symbolique pour les peuples du TM dans sa victoire militaire et politique face à l’impérialisme

J.Bricmont : grand changement du 20ième siècle c’est la décolonisation, la libération des peuples du TM et l’Algérie est emblématique à ce niveau

  • parallèles souvent effectués entre la lutte de libération nationale algérienne et la résistance palestinienne

Il ne s’agit pas de donner des leçons aux résistants palestiniens, surtout que les conditions historiques diffèrent profondément

Cependant d’un point de vue général, on peut remarquer au moins trois caractéristiques communes entre l’Algérie et
la Palestine :

-les causes socio-historiques : l’impérialisme occidental, le besoin de débouché pour les produits, le besoin de matières premières, la nécessité de trouver des occupations enrichissantes pour les déclassés. Le mouvement sioniste n’est pas un mouvement national mais une entreprise coloniale.

-la forme globale de la colonisation : colonie de peuplement et tentative de destruction du peuple autochtone

Cf O.Lacour Grandmaison : Coloniser, exterminer : la politique génocidaire appliquée en Algérie n’a rien envié à celle appliquée par les nazis envers les juifs

-la finalité de la lutte, la libération totale du territoire et l’autodétermination, sont les mêmes en Algérie et en Palestine.

  • rapport néocolonial dans les quartiers populaires en France analysé comme une continuation de la colonisation algérienne et du conflit algérien

ex : état d’exception imposé aux banlieues françaises en novembre 2005

S.Bouamama : traitement raciste et discriminatoire des habitants issus de l’immigration s’explique par l’absence de décolonisation des cerveaux, par la permanence d’un imaginaire colonial puissant

Resituer le film dans l’histoire

Film : production algéro-italienne, réalisateur Gillo Pontecorvo, collaboration avec Yacef Saadi, un des leaders de la bataille d’Alger, 1965, 3 ans après l’indépendance

Héros : Ali Lapointe, un délinquant de
la Casbah algéroise qui va s’engager dans Le FLN et qui aura un rôle crucial au niveau opérationnel

Autres personnages historique importants dans le film : Laarbi Ben M’hidi, stratège de la bataille d’Alger, Yacef Saadi, commandant  de l’ALN, Hassiba Beb Bouali, poseuse de bombes et du coté français le général Massu ou le colonel Mathieu à la tête des paras et chargés de la répression

Bataille d’Alger est une séquence de
la Guerre d’Algérie commencée 3 ans plus tôt et la guerre d’Algérie n’est que le moment de radicalisation de la résistance algérienne qui  a débuté dès 1830 avec la colonisation française :

  • 1830-1847 : résistance acharnée sous la direction de l’Emir Abdelkader dans tout l’ouest algérien

  • 1864-1884: la confédération tribale des Ouled Sidi-Cheikh lance une insurrection emmenée par Cheikh Bouamama dans les régions au sud d’Oran

  • 1871-72 : insurrection d’El Mokrani, en Kabylie, contre la confiscation des terres.

  • 1877-1912 : Révolte des Touaregs du Hoggar avec Cheikh Amoud Ben Mokhtar

  • 1926: fondation, à Paris, de l’Etoile nord-africaine, dirigée par Messali Hadj. Son objectif: l’indépendance de l’Algérie. Accusée de propagande subversive, elle est interdite en 1929.

  • mai 1931 : création de l’association des Oulémas par Cheikh Abdelhamid Ben Badis redéfinition de l’algérianité sur une base culturelle et religieuse

  • 8 mai 1945 : manifestations et violentes répressions dans le constantinois à Sétif et Guelma (45000 morts)

La récurrence et la violence de ces mouvements de lutte s’explique par la détermination de l’occupant français à refuser toute forme de négociation et de concession. Le caractère implacable de la domination française va déboucher sur la guerre d’Algérie

Lien avec les 2 intifada et le risque d’embrasement général de la région

La connaissance de la bataille d’Alger est très importante parce qu’elle constitue le tournant de la guerre d’Algérie. Elle a déterminé l’issue de la guerre d’Algérie.

Durant les 3 premières années, la guerre était cantonnée aux maquis et aux milieux ruraux. Avec la bataille d’Alger, elle se déplace dans les centres urbains dans lesquels l’occupant est plus vulnérable car ce sont les centres de pouvoir, les lieux où la population française est concentrée, les espaces les mieux sécurisés. Ainsi les coups portés par la guérilla sont plus décisifs, touchent davantage l’adversaire.

La décision de déplacer la lutte dans la capitale revient à Larbi Ben M’hidi, le stratège de la révolution algérienne. Celui-ci ne verra pas les résultats de son option de génie car assassiné par les hommes de Paul Aussaresse d’après l’ordre de F.Mitterrand alors ministre de la justice.

Le succès de la bataille d’Alger ne tient pas dans les aspects militaires car le réseau de l’ALN mis en place par Ben M’Hidi va être totalement démantelé par les militaires français. La victoire est politique pour deux raisons :

  • Elle crée des divisions au sein de l’occupant, à l’intérieur de la hiérarchie militaire et entre le pouvoir métropolitain et les autorités coloniales. Dès 1958, De Gaule envisage l’idée de l’indépendance de l’Algérie. Ce n’est pas De Gaulle qui a accordé l’indépendance aux Algériens comme l’idéologie coloniale veut encore nous le faire croire. De Gaulle a simplement compris la nécessité historique de l’indépendance de l’Algérie parce que le pouvoir français commençait à se fissurer et que le peuple algérien était entièrement acquis à l’idéal d’indépendance. Voici une citation de Ben M’hidi parlante à cet égard : « Je crois plus à la capacité du FLN à vaincre
    la France qu’à celle de
    la France à s’opposer à la marche de l’Histoire. »

  • La bataille d’Alger a eu un écho international. Les grandes puissances, EU et URSS, et l’ONU commencent à faire pression sur
    la France.

Le film à travers l’histoire

Le film a immédiatement eu un succès foudroyant en Algérie, en Italie et dans d’autres pays. En France, le film sera censuré pendant près de 40 ans car considéré comme un instrument de propagande. Il ne sera diffusé qu’en 2004 par la chaine très peu populaire d’Arte. Il est ainsi évident que
la France n’est pas sortie de son rapport colonial subjectif à l’Algérie

Ex : la loi sur les effets positifs de la colonisation

Ex : la visite houleuse de Sarkosi en Algérie

Les représentations colonialistes encore fortement ancrées dans l’imaginaire français, dans l’inconscient social de
la Nation française constituent un obstacle à l’analyse lucide et juste de la question palestinienne. Car subrepticement  il y une projection du conflit franco-algérien sur le conflit israélo-palestinien. Derrière l’indigène palestinien se profile l’ombre menaçante de l’indigène algérien. Ils sont arabes tout deux, donc porteurs d’une certaine forme de sauvagerie, quasi-hermétiques à toute forme de civilisation et de démocratie. Israël n’est-elle pas une démocratie face aux fanatiques du Hamas ? Un mécanisme d’identification se met en place qui assimile l’algérien au palestinien et rapproche le français de l’israélien. D’où cette tendance à l’adhésion silencieuse aux thèses sionistes au sein de la population française.

Deuxième grande dimension de l’histoire de ce film, c’est qu’il a servi d’outil pédagogique pour l’étude des méthodes de contre-insurrection dans les écoles militaires à travers le monde. Il sera utilisé en particulier par les militaires français dans l’enseignement sur les guerres révolutionnaires qu’ils donnent en Amérique Latine, dans l’Ecole des Amériques. Aussaresse l’utilisera aussi dans l’Ecole de Fort Bragg aux Etats-Unis dans laquelle il formera les futurs cadres politiques et militaires des pays d’Amérique latine.

Le film est aussi étudié en 2003 par le gouvernement et l’armée américaine pour préparer la guerre en Irak et la prise de Bagdad. Selon le journal Le Monde (8 septembre 2003), des officiers d’état-major de l’Armée américaine auraient assisté, le 27 août, dans un auditorium du Pentagone à une projection de
La Bataille d’Alger, afin d’avoir un aperçu de la
guerre subversive menée par
la France durant cette période et faire un parallèle avec les problèmes rencontrés lors de l’occupation de
Bagdad durant la guerre en Irak. En 2003, le film, considéré comme un modèle d’enseignement sur la guérilla urbaine, est projeté au Pentagone devant Donald Rumsfeld pour mieux comprendre les développements de la guerre en Irak.

La Bataille d’Alger est un film qui aura marqué l’histoire en raison de sa qualité propre. Mais il a été propulsé au devant de scène par la réalité historique de l’Algérie à savoir que ce pays a constitué et constitue toujours un laboratoire des stratégies d’insurrection et de contre-insurrection. Déjà aux 19ième siècle une réflexion fondamentale sur les techniques d’éradication de la guérilla avait été engagée par Bugeaud, gouverneur militaire de l’Algérie. La guerre d’Algérie a constitué un autre moment crucial pour les militaires français fraichement battus en Indochine d’affiner leurs techniques contre-insurrectionnelles. La guerre civile algérienne des années 90 a suscité l’intérêt des militaires américains qui ont cherché à comprendre comment les généraux algériens avaient réussi à défaire l’insurrection islamiste. En Irak, il est clair que la stratégie du chaos appliqué par les militaires algériens contre leur peuple ait été reproduite par les militaires américains. Il semble très probable que les sionistes sont entrain de faire la même chose en Palestine.

Laisser un commentaire

 

WhiSp3r Energie |
Nouvelle-France au Mexique |
La vie à West-Cappel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | congobasta
| les requins
| zimesque